InfoSPTSSS juin 2021

Mot de la présidente : Jamais je n’ai connu une grève aussi légitime! 

Pendant que nous attendons la réponse du tribunal administratif du travail (TAT) pour amorcer la grève, le ministre Dubé y est allé le 18 mai d’une série de déclarations où il liait la négociation nationale aux arrêtés ministériels et où il partageait ses craintes de manquer de personnel si on arrêtait les primes. Bien qu’il se soit excusé le lendemain, c’est sa déclaration initiale qui colle le mieux à sa gestion du réseau. M. Dubé se sert des arrêtés ministériels pour délester des services, déplacer des gens ou encore limiter la prise des congés. La pandémie a offert à M. Dubé des outils pour gérer d’une manière centralisée dont aurait rêvée Gaétan Barrette, mais la situation épidémiologique ne les justifie plus. Le gouvernement, en bafouant les droits des travailleuses du réseau, trace le chemin pour que celles-ci le quittent accentuant la surcharge et la détresse psychologique de celles qui décident de rester, mais pour combien de temps? Faute de personnel, des usagers sont privés des services nécessaires à leur santé. Forcer le personnel ne mène nulle part. Le gouvernement doit sortir sa tête du sable et trouver comment redynamiser le réseau et valoriser ses employés. Au lieu de s’asseoir à la table de négociation pour trouver des solutions et rétrécir l’écart entre les conditions du privé et du public (10 %), le premier ministre colporte un mensonge en prétendant  que 1,75 % + 1,75 % + 1,5 % = 8 % d’augmentation sur trois ans. Ce n’est pas avec un tour d’illusionniste qu’on va attirer et retenir le personnel dans le réseau. Les contradictions dans le discours et l’action du gouvernement sont si importantes, que c’est mon devoir de mettre mon pied par terre et de dire non. Rendu au point où nous sommes, je n’ai pas de gêne à faire la grève. Jamais je n’ai connu une grève aussi légitime dans le réseau de la santé.

Le SPTSSS pleinement mobilisé et en préparation de la grève

Cette fin de semaine, une première grande centrale (FTQ du secteur public) a conclu une entente de principe avec le gouvernement. La CSN analyse actuellement cette entente, travail qui permettra de voir s’il est possible d'accélérer la négociation sur cette base. Nous devons voir la possibilité d’être en vue d’une entente comme l’occasion idéale d'appuyer notre comité de négociation dans un crescendo de mobilisation et la préparation de la grève. Soulignons au dernier jeudi+ la pose d’autocollants partout dans le CIUSSS et qui a été un succès au CJQ. La réaction de l’employeur à celle-ci a confirmé son efficacité et le besoin de la reprendre. Dans le cadre du jeudi+ cette semaine, le SPTSSS prépare une action où la haute direction sera interpellée. Concernant la préparation de la grève, nous vous avons écrit hier pour partager la décision préliminaire rendue par le TAT. Pour déterminer votre temps de grève, vous n'avez qu'à soustraire de votre journée de travail le temps de services essentiels à rendre dans votre secteur.  Le SPTSSS travaille actuellement à définir les points où il sera possible de se rendre pour exercer la grève (les piquets de grève) et la production des horaires de grève. Puisqu’il n’y a pas d’entente finale au TAT au moment d’écrire ces lignes, sachez que la grève ne pourra être exercée avant le 14 juin.

Réponse du SPTSSS au retrait de postes à l’affichage

À la suite d’une orientation ministérielle, l’employeur a annoncé le jeudi 20 mai qu’il retirerait les affichages de postes qui pourraient amener des employés du CJQ à quitter ce secteur. Au départ, l’employeur comptait retirer 170 postes de l’affichage. Cette nouvelle nous a indignés. Le SPTSSS a remis en question cette décision. Nous avons immédiatement alerté la FP-CSN qui a amorcé une analyse juridique pour contester l’orientation ministérielle. Nous avons sans délai déposé un grief syndical pour protéger vos droits. Il y a aussi des interventions faites auprès du PDG. La directive ministérielle prévoyait que certains postes pourraient demeurer à l’affichage si le fait de ne pas afficher le poste pouvait compromettre la santé ou la sécurité de la clientèle ou entraîner un bris de service. Finalement, 108 postes ont été retirés et nous travaillons pour que d’autres postes soient réaffichés. Le gouvernement passe à nouveau par des mesures de détention du personnel au lieu de viser un règlement rapide des négociations qui permettrait d’offrir des conditions de travail attractives au CIUSSS, notamment au CJQ. Également, au lieu de faire de la détention, il devrait s’asseoir avec les syndicats pour trouver des solutions. Notez d'ailleurs que nous avons proposé à l'employeur de former un comité où seront discutées les solutions (stratégie de recrutement, de rétention) pour faire face aux effets de la pénurie de la main-d'œuvre. Il faut arrêter de réagir et agir.

Plan de contingence


À nouveau cet été, pour éviter des ruptures de services, le CIUSSS-CN élabore un plan de contingence. L’employeur a ciblé des milieux plus criants notamment les RAC et les foyers de groupe (CJQ). Nous sommes vigilants et collaborons à l'élaboration de ce plan de solutions volontaires afin d’éviter les déplacements non volontaires et le temps supplémentaire obligatoire. Le syndicat est interpellé pour trouver ces alternatives. Des consultons terrains ont été effectuées pour identifier des solutions. Dans ce dossier, nous sommes heureux de voir que l'employeur nous consulte pour minimiser les impacts, mais nous sommes d'avis que des mesures auraient pu nous éviter ces situations année après année et qu’il ne faut pas attendre la prochaine fois pour la gérer dans l’urgence.

Paiement du kilométrage garanti

Le paiement du KM garanti est prévu vers le 1er juillet 2021. Pour les personnes qui ont effectué moins de 1 000 km, le gestionnaire devra valider si la personne a fait une utilisation régulière de sa voiture. Les délais engendrés par ce traitement auront pour effet de retarder le paiement approximativement au mois d’octobre.

Saviez-vous que : Quoi faire si je suis convoqué par mon gestionnaire?

Lorsque vous êtes convoqué par votre gestionnaire, vous êtes en droit de savoir pour quel motif ainsi que d’être accompagné par un représentant syndical lorsque l’objet de la rencontre est un processus d’enquête ou la remise d’une lettre administrative ou disciplinaire (article 12 DNC). Vos responsables de secteur ont l’habitude de ces rencontres. Ils seront à même de vous accompagner et de vous offrir le soutien nécessaire. Dans le cas d’un processus d’enquête, l’employeur n’a pas encore conclu sur une situation et le responsable de secteur insistera pour que le processus soit fait avec diligence. Lorsque l’employeur constate une lacune sur le plan de la pratique professionnelle, il vous remettra une lettre contenant des mesures administratives. C’est son devoir d’identifier les lacunes et de mettre en place un plan, avec des objectifs et des moyens qui permettent de les atteindre. Il doit agir en bon parent. Dans la mesure où l’employeur demande de corriger immédiatement un comportement (ex. : constatation de retards fréquents), il remettra une lettre disciplinaire. Les mesures disciplinaires doivent être proportionnelles à la faute reprochée et l’employeur doit procéder en gradation. Votre syndicat est un témoin précieux qui veillera à ce que vos droits soient assurés, que vous ayez une chance réelle de corriger la situation. La perfection n’est pas de ce monde, nous avons tous droit d’apprendre, c’est ce qui explique que beaucoup de membres arrivent à mettre ce genre de situation derrière eux.

Que se passe-t-il si vous travaillez à la Fête nationale du Québec et/ou à la Fête du Canada?

L’employeur détermine si vous êtes requis pour travailler ou non lors d’un congé férié. Si vous devez travailler un jour férié, quelques options s’offrent à vous. La première option est que l’employeur vous accorde un congé compensatoire dans un délai de quatre semaines précédant ou suivant le jour du congé férié. C’est l’employeur qui va le placer à votre horaire en tenant compte de votre préférence (DN 20.03). Un formulaire de demande de report d’un congé férié est disponible sur la zone CIUSSS. Deuxième option, à votre demande, vous pouvez cumuler votre congé dans une banque et ceci jusqu’à un maximum de cinq jours (DL 11.03). Si l’employeur ne peut vous accorder le congé férié dans les délais mentionnés (1re option) et que vous n’avez pas cumulé votre congé dans une banque (2e option), vous serez payé au taux double du salaire régulier en plus du paiement du congé férié au taux régulier (DN 20.03). Si vous avez des questions, n’hésitez pas à vous référer à votre Guichet RH : ou au 418-661-3010 ou à votre représentant de secteur.

Vous déménagez?

Veuillez noter qu’il n’y a pas de congé spécifique pour le déménagement dans notre convention collective. Plusieurs options s’offrent à vous pour prendre un ou des congés pendant cette période très intense : utiliser des vacances, votre banque de congés fériés le cas échéant (après autorisation) vos congés de maladie pour des motifs personnels (DN 23.29, il est possible d’en utiliser séparément jusqu’à trois en avisant l’employeur au moins 24 heures à l’avance, lequel ne peut refuser sans motif valable), la reprise de temps et les congés mobiles (après autorisation). Bon déménagement!

L’InfoSPTSSS vous souhaite un bel été! On se retrouve en septembre!

Pin It

SPTSSS - Syndicat des professionnelles, techniciennes et techniciens de la santé et des services sociaux - CAPITALE-NATIONALE

Syndicat des professionnèles, techniciennes et techniciens de la santé et des services sociaux - CAPITALE NATIONALE

Courriel :
Téléphone (bureau régional) :
418-523-0540