INFOLETTRES

1. Le mot de la présidente: Comment devons-nous percevoir le déconfinement du point de vue du réseau et de nos membres?
[La caricature ci-contre est d'André-Philippe Côté, dans le Journal le Soleil]

Le déconfinement progressif est amorcé au Québec et il se poursuivra de secteur en secteur en cherchant le juste équilibre entre la protection de la santé d’un côté et la reprise des échanges économiques et sociaux de l’autre. Nous sommes conscients que l’une de ces étapes - la réouverture des écoles primaires - pourrait constituer un casse-tête pour certains membres et veillerons à minimiser les impacts. Malgré le déconfinement amorcé, nous devons tous ensemble nous assurer de conserver le contrôle que nous avons durement acquis face à la COVID dans nos milieux de santé. Nous devons maintenir les mesures de distanciations sociales, lorsqu’applicables, continuer d’exiger les équipements de protections nécessaires pour les contacts rapprochés (avec la clientèle et nos collègues) ainsi que faire évoluer nos pratiques de manière à colmater les brèches ayant permis à la COVID de se propager dans nos milieux. Éventuellement, lorsque la situation montrera que nous sortons de la crise et que la sécurité du réseau sera assurée, votre syndicat veillera à s’assurer de retrouver toutes les protections offertes par nos conventions avec la fin des arrêtés ministériels. Nous verrons également comment la reconnaissance accordée aux acteurs du réseau pendant la COVID pourra se traduire par des mesures permanentes.

2. Où puis-je trouver réponse aux questions de type « ai-je droit à une blouse pour intervenir » ou « qu’arrive-t-il lorsqu’un collègue est déclaré positif à la COVID » ?

Dans l’hyperlien suivant (cliquez ici), vous trouverez un ensemble d’informations mises à votre disposition par l’employeur. Sachez que votre syndicat s’y réfère pour répondre à vos questions, car l’information y est complète et à jour. Nous vous invitons régulièrement à prendre connaissance des communiqués qui y sont publiés par le CIUSSS. Ensuite, dans la section « ressources humaines », vous trouverez les réponses à une foule de questions: le télétravail, le contact avec une personne confirmée COVID, les mesures de prévention et d’isolement pour le personnel, des informations concernant les zones chaudes-tièdes-froides, les critères pour avoir accès aux chambres d’hôtel, aux services de garde. La page contient également de l’information sur le lavage des mains, les équipements de protection individuels, les infos pour contacter le guichet RH ou avoir un soutien psychosocial en lien avec la pandémie du Covid-19. Et si, malgré vos recherches, vous demeurez avec des questions, n’hésitez pas à contacter votre responsable de secteur. Nous sommes là pour vous aider!

3. La structure de délestage en cinq étapes

L’arrêté ministériel permettant le délestage du personnel est actuellement appliqué au CIUSSS-CN et les nombreuses questions qu’il a générées montrent que vous aviez besoin d’information. Ainsi, la trajectoire utilisée par l’employeur se décline en cinq étapes et nous avons produit un tableau où nous vous présentons les modalités d’application. Lors de l’élaboration de la trajectoire, l’employeur a reçu les questions des syndicats, ce qui a permis de limiter les impacts de ces mesures. Nous nous sommes par exemple assuré que l’employeur recourait au maximum au volontariat. Nous avons appuyé l’employeur dans l’idée qu’il devait, après avoir utilisé une mesure invasive, réanalyser les opportunités moins contraignantes (ex: ce n’est pas parce qu’une journée il n’y a plus de nouveaux employés et que l’on doit se rendre au délestage que des recrues ne se présenteront pas dans les jours à venir pour répondre aux besoins). Notez bien que tant que la ministre prolongera les arrêtés ministériels, l'employeur pourra continuer d’utiliser cette structure de délestage. Notez également que nous venons de prendre connaissance d’un plan d’action relatif à la stabilisation de la main-d’oeuvre. Nous étudions actuellement les impacts que ce plan pourrait avoir sur nos membres et nous vous reviendrons sur cette question. Si vous avez des questions, référez-vous à votre responsable de secteur.

4. Le gouvernement souhaite conclure rapidement la négociation du secteur du public

Face au constat de la découverture dans les CHSLD touchés par la COVID, le premier ministre Legault s’est excusé de ne pas avoir rehaussé plus tôt le salaire des préposés aux bénéficiaires (PAB) et s’est engagé publiquement à corriger le tir rapidement. Les organisations syndicales concernées collaborent à cet appel pour bonifier le salaire des PAB, et ceci, en veillant à ne pas désavantager les autres membres. Cette négociation rapide demandée par le gouvernement nous place loin de la négo traditionnelle avec la construction ordonnée d’un rapport de force croissant allant jusqu’à la grève. Les enjeux sont pourtant énormes. Les aspirations qu’il était permis d’avoir avec le contexte socioéconomique extrêmement favorable il y a quelques mois se sont envolées. L’idée de suspendre la négociation se frappe à la perspective d’une population qui pourrait être beaucoup moins favorable à nos revendications lorsqu’elle verra les déficits publics gonfler. Inversement, cette même population est actuellement très redevable à sa fonction publique, particulièrement en santé, et c’est un devoir des gouvernements d’investir pour stimuler la relance. Enfin, si une entente était jugée intéressante pour nos membres, encore faudra-t-il que des syndicats peu familiers avec les assemblées connectées arrivent à consulter et faire voter leurs membres. Même si la négociation n’est probablement pas votre sujet de préoccupation principal en temps de COVID, soyons tous conscients de son importance, du pourquoi nos instances sont très actives en ce moment et demeurons à l'affût d’avoir à nous prononcer le temps venu.

5. Affichage résiduel de 15 postes à la DJ et la DPJ

Nous vous avions annoncé que les 115 postes affichés à la Direction du programme jeunesse et de la Direction de la protection de la jeunesse avaient tous été comblés. Ceci étant dit, en cours de processus, l’employeur a rehaussé l’affichage de 15 postes et ceux-ci n’ont pas été dotés. Ces postes demeurés vacants seront affichés à l’externe pour une durée de 7 jours, soit du 4 au 10 mai 2020. Les candidatures provenant de l’interne seront considérées prioritairement aux candidatures externes. Les présents postes seront affichés en continuité de l’affichage spécial DJ-DPJ du mois de mars dernier. Pour accéder à l’affichage, veuillez cliquer sur le lien suivant :
https://www.ciusss-capitalenationale.gouv.qc.ca/emploisdisponibles 

6. Validez vos informations dans la liste d’ancienneté 

Dans une note de service, l’employeur a publié drvice la liste d’ancienneté des membres de la catégorie 4 du CIUSSS-CN (SPTSSS). Vous avez 60 jours pour l’aviser s’il y a une erreur dans le calcul de votre ancienneté, et ce, à partir de la date de publication des listes, soit le 21 avril 2020. Vous trouverez sur le site Internet du SPTSSS les hyperliens vers la liste d'ancienneté globale SPTSSS-CIUSSS au 31 mars 2020 ainsi que celles des anciens secteurs au 31 mars 2019.Prenez note que 2020 était une année bissextile. Ainsi, si vous avez travaillé à temps plein toute l'année, votre ancienneté sera de un an et un jour de plus. Pour ceux et celles qui ont travaillé dans plusieurs anciens établissements, dans la mesure où votre dossier était actif après le 1er avril 2015, vous devez additionner votre ancienneté 2019 pour chacun d’eux pour la comparer à votre ancienneté 2020. Après 60 jours, il ne sera plus possible d’apporter des modifications à votre ancienneté. En plus de l’employeur, n’oubliez pas d’aviser votre syndicat des correctifs demandés! N’hésitez pas à contacter votre responsable de secteur si nécessaire.

7. Le saviez-vous, il faut signifier son intérêt pour offrir une disponibilité à faire du temps supplémentaire en dehors de votre affection/poste?

Nous parlons ici du temps supplémentaire qui n’est pas effectué pour remplir la tâche de votre affectation/poste, car ce dernier se gère avec votre gestionnaire et n’exige pas de remplirun formulaire. Si vous aviez offert une disponibilité supplémentaire en remplissant le formulaire à cet effet l’année dernière, vous devez savoir que celle-ci a pris fin au 31 mars. À compter du 1er avril de chaque année civile, les personnes intéressées à offrir une disponibilité doivent remplir le formulaire de disponibilité à taux supplémentaire. Cette inscription est obligatoire.

8. Affichage de la cédule de vacances

Dans ses communications, le PDG du CIUSSS a mentionné aux gestionnaires qu’ils devaient respecter les dispositions locales en lien avec les vacances. Nos dispositions spécifient qu’au plus tard le 8 avril, les gestionnaires sont tenus d’afficher la cédule des vacances. Si vous n’avez pas reçu la confirmation de vos choix de vacances, nous vous invitons à contacter votre responsable de secteur.

9. Kilométrage garanti

L’employeur nous a informés que plusieurs formulaires ont été traités aux avantages sociaux et que les membres auraient reçu leur paiement. Ceci étant dit, dans plusieurs secteurs, les avantages sociaux attendent la réception de cette information. L’employeur demande au SPTSSS de transmettre le nom des personnes n’ayant toujours pas reçu leur paiement pour le kilométrage garanti de 2018-2019. Contactez votre responsable de secteur si vous êtes dans cette situation pour que nous puissions informer l’employeur. Merci!

10. Questions d’assurances: remise sur votre assurance auto et vacances en temps de pandémie

Vous faites du télétravail, vos déplacements se limitent aux sorties essentielles, vérifiez sur le site Internet de votre assureur si vous avez droit à une remise sur votre assurance auto. L’été 2020 sera assurément un été hors du commun et la planification de vos vacances a probablement été chamboulée par la pandémie. On remarque d’ailleurs une demande très élevée pour les piscines, laquelle indique que les Québécois prévoient passer les vacances à la maison ou près de la maison. Ceci étant dit, certains ont réservé un voyage avant la pandémie ou font partie des personnes qui n’attendent que la fin de la pandémie pour voyager hors du Québec. Or, aussi longtemps que les gouvernements maintiennent les restrictions sur les déplacements, les assureurs ne considèrent pas la COVID-19 comme étant une maladie subite et inattendue au sens des frais admissibles en assurance voyage. Conséquemment, même si vous êtes couverts par un contrat, la garantie d’assurance voyage ne couvrira aucuns frais associés à la maladie de la COVID-19. Informez-vous auprès de votre assureur.

Toute personne ayant contracté la COVID, que ce soit dans l’exercice de ses fonctions ou non, et qui serait intéressée de par son témoignage à aider les lecteurs de l’InfoSPTSSS à nous éclairer sur cette réalité est invitée à nous écrire à .

1. Donner des services en temps de crise : de la fierté à la peur au ventre

« Ma blonde est immunosupprimée et je ne veux pas la contaminer ». « Mon fils a une condition de santé fragile, j’ai peur pour lui ». « Je ne veux pas transmettre la COVID à mes usagers ». « Mes enfants sont en contact rapproché avec d’autres enfants dans un service de garde ». De l’anxiété, des craintes, de la peur, voilà ce que les membres ont d’abord communiqué à leur responsable de secteur. Ces derniers indiquent avoir écouté et compris : « Mon premier rôle dans ce temps de crise, c’est d’écouter, de valider ». Nous sommes devant l’inconnu. La peur est là, c’est normal. À côté de cette peur réside une autre émotion, la fierté. La société nous reconnaît plus que jamais, nous sommes les « anges gardiens ». Et il est beau de constater que les membres continuent de vouloir servir malgré leurs craintes. Ceci étant dit, nous apprenons que nous pouvons être conscrits comme en temps de guerre. C’est dur à réaliser.

2. Plutôt démissionner que d’être affecté dans un autre titre d’emploi

« Quand on est travailleur social, TES ou ergothérapeute dans un CLSC, on n’a pas la notion de mettre sa vie en danger… on n’est pas préparé pour gérer des maladies infectieuses ». Le travail de chacun de nous est important, mais dans l'ensemble de la société, on est à revoir la priorisation des services. Et dans une crise, tout ce qui n’est pas urgent peut être arrêté. Comme notre convention n’empêche pas de fermer un service, l’employeur a commencé à affecter des intervenants dans d’autres secteurs, dans le même titre d’emploi (essentiellement des éducateurs). À noter ici que votre syndicat a agi très rapidement pour faire respecter la notion de volontariat et d’ordre inverse d’ancienneté. L’étape suivante, c’est le délestage. L’employeur utilise l’arrêté ministériel pour suspendre certaines règles de la convention collective. C’est ce qui lui permet de réaffecter un membre, par exemple, vers certaines tâches de préposé aux bénéficiaires. Certains membres nous ont indiqué qu’ils préféreraient mettre fin à leur lien d’emploi plutôt que d’obtempérer. Ce n’est pas une réaction largement répandue, car rappelons-le, vous montrez en général que le désir de servir est profond et prédominant. Ceci étant dit, cette réaction témoigne de l’ampleur de l’incertitude et de la peur qui est ressentie. 

3. La colère face à l’incohérence de l’employeur

« Les membres m’ont rapporté que le travail à distance leur avait été refusé alors qu’ils étaient capables de réaliser leurs fonctions à domicile, et ce, sans impact sur la qualité de la prestation du service qu’ils ont à offrir. Ils ont connaissance eux aussi de la conférence de M. Legault à 13 h et se demandent comment un CIUSSS qui relève directement du ministère de la Santé peut ne pas appliquer ce que le premier ministre demande. C’est une incohérence impossible à comprendre ». La clientèle a aussi réagi à cette incohérence : « Comment ça vous venez me voir à la maison!? ». Bien des usagers ont compris avant notre employeur la directive du gouvernement demandant de ne pas avoir de visite à la maison. Ce que nos membres nous disent, c’est que s’ils contractent le virus en effectuant un acte incontournable, ils l’accepteront. Inversement, ils sont frustrés de prendre des risques inutiles d’attraper ou de diffuser le virus. C’était le cas lorsqu’ils étaient contraints d’assister en grand groupe à des réunions. « Faire virer un bateau de plus de 17 000 employés, ce n’est pas comme une PME de 20 personnes ».

4. On a besoin d’avoir la bonne information

Nos membres ont souvent eu l’impression d’avoir des bribes d’information de leur gestionnaire. Il leur fallait trouver l’information ailleurs. Dans cette crise, le SPTSSS s’est tourné sur un dix cents pour continuer de donner les bons services aux membres. On a favorisé lorsque possible le télétravail le jour un, on a priorisé les dossiers urgents et on a répondu en premier aux questions sur la crise. Plusieurs membres ont salué la rapidité et la précision des réponses reçues. L’exécutif se réunit par téléphone 30 minutes une à deux fois par jour, dont les fins de semaine. Les responsables de secteur ont aussi leur appel conférence quotidien. Depuis le début de la crise, notre présidente parle tous les jours avec le PDG. Elle valide, questionne et rapporte toutes les incohérences reçues par les membres. On a transmis l’information aux membres par courriel, Facebook ainsi que sur notre site Internet. 

Et tout n’est pas rose pour nos responsables de secteur. C’est à l’employeur d’expliquer ses décisions, de transmettre l’information. Or, quand une personne salariée ne comprend pas que si elle refuse de faire le travail, il s’expose à une gradation rapide des mesures disciplinaires, on n’a pas le choix, on doit le dire et on ne se fait pas d’amis.

5. « On a l’impression que le CIUSSS-CN utilise la pandémie pour régler la pénurie à la DPJ »

Depuis la signature de nos dispositions locales, l’ancienneté est reconnue partout dans le CIUSSS. Plusieurs de nos membres ont profité de cette nouvelle possibilité pour postuler ailleurs qu’à la DPJ et on assiste à une migration significative du personnel. Avant la pandémie, le CIUSSS a ouvert un nombre important de postes à la DPJ dans le but d’y attirer du personnel. Depuis l’éclosion de la crise de la COVID, d’autres moyens se sont ajoutés pour l’employeur. Il est ainsi possible de fermer des unités ne donnant pas de services essentiels et de déplacer le personnel à l’intérieur d’une direction et entre les directions. Le mot qui circule actuellement à la DPJ (et aussi au CRDI), c’est l’impression que l’employeur « utilise la pandémie pour régler la pénurie ». Il sera extrêmement important, dans ce contexte, de regarder comment se comportera l’employeur lorsque nous aurons aplani la courbe. Les droits individuels et collectifs sont longs à acquérir. Nous devons être extrêmement vigilants pour ne pas les perdre à la suite de cette crise. 

6. L’arrêté ministériel prévoit la consultation des syndicats

Un arrêté ministériel en temps de crise est extrêmement sérieux. Celui-ci permet de suspendre certains droits individuels et collectifs (notre contrat de travail) pour forcer l’application de mesures permettant de juguler la crise. Pour préserver la paix sociale, le CIUSSS-CN et le gouvernement ont promis que les syndicats seraient consultés avant d’utiliser l’arrêté ministériel. Le libellé même de ce document indique que les syndicats doivent être consultés. Or, le vendredi 27 mars, notre présidente apprenait dans sa rencontre quotidienne avec le CIUSSS que des membres du SPTSSS seraient déplacés vers d’autres fonctions en rentrant au travail le lundi. Celle-ci a immédiatement rappelé le devoir de consultation et, pour s’y conformer, le PDG a ajouté deux rencontres durant la fin de semaine. La rectification du tir était importante. Nous nous attendons à une consultation en bonne et due forme dans la gestion de cet arrêté ministériel.

7. Les changements rapides dans les décisions

Vous avez probablement remarqué que cette infolettre contient peu d’informations précises à connaître ou à appliquer. La raison est simple, celles-ci changent extrêmement rapidement et seraient devenues caduques quelques jours plus tard. Nous vous invitons plutôt à suivre vos courriels, notre site Internet www.sptsss.com et notre page Facebook SPTSSS Capitale-Nationale pour connaître les informations importantes sur le plan syndical. L’objectif de cet InfoSPTSSS est de s’arrêter sur notre vécu en temps de crise en partant du point de vue des membres sur le terrain. Nous avons également mis l’accent sur le rôle pilier des responsables de secteur. Ceux-ci vous ont informés, écoutés, ont été des relais d’information précieux et ont même joué des rôles clés pour aider à travers les émotions vécues. Nous les remercions tous sans exception et n’hésitez pas à les contacter.

8. Message de notre présidente

J’ai la chance dans cette crise de travailler avec une équipe dévouée et à votre écoute. Nous sommes tous très sensibles à chacune des situations que vous nous rapportez, autant dans vos préoccupations relatives au travail que celles plus personnelles. Lorsque le gouvernement nous a demandé de renouveler nos conventions, il nous est apparu que cette question n’était pas centrale. Nous avons dénoncé cet empressement et avons demandé de prioriser le travail pour assurer votre santé et votre sécurité, le tout en reconduisant nos conditions, en offrant des primes à l’exposition à la COVID et en reprenant plus tard la négociation. Sachez que les recommandations, dont celles de lINSPQ, évoluent très rapidement et que nous nous assurons que l’ensemble de la structure syndicale soit constamment au fait pour répondre à vos besoins. Vos histoires sont touchantes. Nous martelons également à l’employeur de protéger les personnes enceintes et immunosupprimées. Votre exécutif est fier de vous représenter. C’est dans une période de crise que l’on comprend que nos services sont essentiels. Nous veillons à vous protéger aujourd’hui et demain, à ce que vous soyez reconnus à votre juste valeur.

1. Dépôt de la carte de voeux au PDG dans le cadre de la négociation du secteur public

Carte de voeux 4Vous avez été nombreux à signer la carte de voeux de bonne année 2020 pour nos dirigeants au CIUSSS-CN. Nous l’avons offert en main propre au PDG, M. Michel Delamarre lors d’une rencontre le 24 janvier. Comme nos demandes visent à améliorer les conditions de travail et qu’elles ont été adoptées par les employés en assemblée, elles constituent de facto des outils pour favoriser l’attraction et la rétention. Si celles-ci reçoivent une oreille attentive du gouvernement, le CIUSSS y trouvera une aide précieuse dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre. Notre participation à la mobilisation en soutien à la négociation du secteur public est essentielle pour nos comités de négociation. Espérons qu’en établissant un bon rapport de force nous arriverons à obtenir des conditions de travail et de pratique à la hauteur de ce que nous méritons.

2. Assemblée connectée d’information le 5 février
2020 02 05 TirageLe 17 décembre 2019, le comité patronal de négociation de la santé et des services sociaux (CPNSSS) a soumis des objectifs très vagues à la table sectorielle. Afin de mieux comprendre ce dépôt patronal, deux assemblées d’information se tiendront en direct sur le Web le 5 février 2020 (12 h et à 19 h 30). Vous pourrez poser vos questions directement au comité de négociation de la FP-CSN. Le tirage d’un coffret Prestige rêves et bien-être d'une valeur de 400 $ offert par La Personnelle se fera parmi les personnes ayant participé à ces rencontres. Pour participer, il faut se rendre sur www.secteurpublic.quebec/fp-csn, assister à l’assemblée et cliquer sur la bannière.

À la fin de cette assemblée connectée, nous lancerons une action de mobilisation créative ayant pour but d’intégrer nos demandes et de s’afficher. Surveillez vos courriels!

3. Calendrier de la tournée de rencontres midi sur l’article 6

Une tournée de formation sur l’article 6 a débuté en janvier 2020 et se poursuivra tout le mois de février dans différents milieux. Ces rencontres devraient intéresser notamment les personnes inscrites sur la liste de disponibilité, car il est important pour celles-ci de prendre connaissance des changements importants apportés à leur situation. Rappelons qu’une capsule vidéo sur l’article 6 est également disponible sur le site Internet du SPTSSS. Cliquez ici pour connaître les dates et lieux des rencontres de formation article 6.

4. Retour sur l’affichage de postes de janvier et vidéo de l’article 7

Plus de 300 postes ont été affichés dans notre catégorie d’emploi lors du premier affichage postfusion des listes d’ancienneté (15 au 28 janvier 2020). Votre équipe syndicale a validé les éléments constitutifs et ceux à titre indicatif pour chacun de ces postes, et ce, tel que prévu à l’article 7 de nos nouvelles dispositions locales. Certains postes ont été attribués en priorité aux personnes ayant cumulé de l’ancienneté dans un secteur déterminé, et ce, en raison des griefs déposés en vertu des anciennes dispositions locales (délai d’affichage à la suite de la vacance d’un poste). Prenez note qu’en cas de désistement, le poste sera attribué selon l’ancienneté CIUSSS, car il est trop complexe de faire un exercice différencié à cette étape. Plusieurs griefs réclamant l’affichage de postes en vertu des anciennes dispositions locales demeurent actifs et feront l’objet de discussions et de négociation sur l’orientation à prendre pour les affichages futurs.

Une capsule vidéo sur l’article 7 est maintenant disponible sur notre site Internet (section conventions collectives, dispositions locales) et explique le contenu d’un affichage, le processus de dotation, ainsi que les délais d’affichage et d’essai de poste.

5. Kilométrage garanti et autres remboursements

Kilométrage garantiVous êtes plusieurs à avoir vécu des inconvénients reliés à des délais déraisonnables de remboursement du kilométrage garanti, des comptes de dépenses et des sommes reliées à un règlement de grief. Malgré de nombreuses dénonciations lors des comités de relations de travail (CRT), très peu d’amélioration a été constatée. Le manque de personnel administratif (catégorie 3) n’est assurément pas étranger à cette situation. À la suite d’une rencontre avec le PDG du CIUSSS-CN, il a été convenu de mettre en place des rencontres avec le directeur adjoint de la DRH pour y apporter les dossiers qui n’ont pas été résolus dans le cadre régulier des comités de relations de travail (CRT). Nous avons tenu notre première rencontre le 19 décembre 2019 où on nous a présenté le plan d’action mis en place avec les directions adjointes afin de dénouer les impasses et ainsi améliorer les délais de traitement des dossiers.

6. Exigences sur les postes : entente pour les organisateurs communautaires

Connaissez-vous le comité local d'amélioration continue ou CLAC? Il s’agit d’un comité prévu par notre convention nationale pour traiter de sujets liés aux dispositions locales (les lettres d’entente notamment) et pour lesquels il est nécessaire de poursuivre les discussions avec l’employeur. Une première entente est survenue et concerne les postes d’organisateurs communautaires. Le CLAC a convenu, en respect de l'article 7 et de la lettre d’entente no 2 des dispositions locales du SPTSSS, que pour accéder à un poste en organisation communautaire, l’employeur devra valider les aptitudes, exigences et connaissances par un test écrit. Le poste sera ensuite octroyé à la personne la plus ancienne ayant obtenu la note de passage. Nous croyons que cette entente permet d’éliminer l'arbitraire et respecte le cadre syndical adopté en instance. Le CLAC aura pour mandat de réévaluer en cours d'année le processus nouvellement adopté, afin de s'assurer de sa neutralité, de son efficacité et de prendre position sur toute autre question d'application que cela pourrait entraîner.

Rehaussement7. Projet 10.1 de l’employeur sur le rehaussement des postes à temps partiel à temps complet

Nous allons créer un comité de travail avec l'employeur afin de travailler sur le projet 10.1. Le mandat de ce comité est de travailler avec chacune des directions du CIUSSS-CN afin de regarder la possibilité de rehausser les postes à temps partiel en poste à temps complet, et ce, bien évidemment avec l'accord des salariés concernés. Nous traiterons aussi de la création de postes atypiques (créés en surplus, voir 1.07 des dispositions locales). Nous allons revoir tous les services de chacune des directions afin que ceux-ci soient représentatifs de la réalité, et ce, en visant l'amélioration de la réponse aux besoins des usagers. Ces travaux s'échelonneront d'avril à novembre 2020 à raison d'une rencontre par semaine. Un plan de travail afin de prioriser les directions et les secteurs visés nous sera présenté et nous vous aviserons au fur et à mesure des travaux vous concernant. Il est important de comprendre que les représentants de secteur participeront au comité 10.1 lorsque leur sectCouverture nouvelles dispositions localeseur fera partie des travaux en cours. Les autres catégories d'emploi 1, 2 et 3 ont presque finalisé leurs travaux, maintenant c'est au tour de la catégorie 4 de procéder à établir les services dont vous faites partie.

8. Nos nouvelles dispositions locales sont en impression

C’est avec plaisir que nous vous annonçons que nos nouvelles dispositions locales sont en impression. Comme il s’agit d’un document de référence que nous utiliserons pendant de nombreuses années, nous avons fait imprimer 5000 copies, soit une copie par membre. Surveillez vos courriels afin de connaître les activités où nous en ferons la distribution.

2020 03 02 Négo nationale1. L’heure juste sur la négociation du secteur public

Avez-vous l’impression parfois de ne pas savoir ce qui se passe avec la négo nationale? Si oui, rassurez-vous, vous pourriez être mieux informé que vous ne le pensez. En effet, nos vis-à-vis adoptent une vieille tactique entraînant un certain immobilisme. Le gouvernement a jusqu’ici présenté des intentions floues, les forums qu’il a proposés ont été unanimement jugés par les grands médias comme un piège retardant le travail qui doit se faire aux tables prévues et enfin, on ne donne aucune assurance que les primes seront maintenues au-delà du 31 mars. Comme le gouvernement semble déterminé à ne pas bouger, le SPTSSS travaille en collaboration avec la FP et la CSN pour tenir des activités nous permettant de nous rappeler, entre nous, la pertinence de nos demandes (ex.: la courtepointe où l’on vous demandait d’en écrire une importante à vos yeux) et prépare les prochaines actions où nous afficherons à notre clientèle que nous sommes en négociation et pourquoi. Continuons de montrer, par notre mobilisation, l’importance que nous accordons à nos demandes. Solidarité!

2. IRDPQ 6Retour sur les activités de mobilisation de février

L’activité “On n’est pas de la guenille” où chaque secteur était invité à fabriquer une courtepointe n’était pas simple. Il fallait apporter du tissu, prendre le temps de s’arrêter sur nos demandes, y inscrire votre message et l’acheminer au local syndical. Malgré le défi, nous avons reçu plusieurs images de courtepointes plus belles et plus étonnantes les unes que les autres. Bravo! Inversement, l’assemblée d’information connectée - un moyen que l’on voudrait facilitant - n’a pas fonctionné sur l’heure du midi. La vidéo de l’assemblée demeure disponible en cliquant ici et le tirage supervisé par la compagnie d’assurances La Personnelle a permis à une membre du SPTSSS, Mme Stéphanie QN 2Bédard, de gagner le forfait de 400$! Bravo! Enfin, notre présidente a participé à une sortie publique pour appuyer la négo qui a été reprise notamment dans Le Soleil et le Journal de Québec.

3. Mobilisation extraordinaire pour la Journée internationale des femmes!

Vous avez été plus de 300 à faire la demande de l’épinglette pour la «Journée internationale des droits des femmes». Nous l’avions mentionné dans le courriel, les quantités étaient limitées. Nous avions prévu 100 épinglettes et avons doublé la quantité étant donné la demande. En portant l’épinglette le 8 mars, c’est l’occasion d’affirmer l’importance des luttes pour les droits des femmes, saluer les combats menés en faveur de leur reconnaissance sociale et politique ainsi que poursuivre les batailles pour que leurs droits cessent d’être bafoués partout sur la planète. C’est un événement qui rappelle qu’à bien des égards, les droits des femmes ne sont pas respectés, que l’égalité de fait n’est pas atteinte et qu’il faut continuer à lutter pour que cela change enfin.

2020 03 8mars csn4. Invitation à poser un geste : Écrivez à la ministre responsable de la condition féminine

Le comité de la condition féminine du SPTSSS se rallie au Collectif 8 mars pour donner la parole aux femmes par le biais d’une campagne de cartes postales destinées à la ministre responsable de la Condition féminine, Isabelle Charest. C’est l’occasion d’indiquer les raisons pour lesquelles vous trouvez important d’avoir un gouvernement ayant des valeurs féministes. Vous pouvez compléter la phrase suivante : « Féministes de toutes nos forces parce que… ». À vous de l’adapter à votre réalité! La version électronique peut être remplie directement dans le fichier en cliquant sur le lien. Il suffit ensuite de l’enregistrer sur votre ordinateur et de l’envoyer en pièce jointe à Isabelle Charest et en copie conforme à CSN-Condition.Feminine. Par Nathalie Caron et Hélène Beaupré pour le comité de condition féminine du SPTSSS.

Dispos locales 20205. Début de la distribution des nouvelles dispositions
L’impression de 5000 copies des nouvelles dispositions locales est terminée. Vos responsables de secteur en prennent possession progressivement et nous en aurons avec nous lors des activités syndicales prévues dans les secteurs au cours des prochains mois. Surveillez vos courriels pour connaître ces activités. Vous pouvez également demander à votre délégué, vous présenter au bureau syndical ou écrire à votre responsable de secteur pour en faire la demande.

6. Retour sur la tournée article 6

Du 27 janvier au 25 février 2020, nous avons effectué une tournée dans 25 installations du CIUSSS-CN, laquelle nous a permis de rencontrer plus de 400 membres., notamment des non-détenteurs de poste ou des membres ayant reçu des affectations temporaires, afin de leur présenter les différentes modalités d’application de l’article 6. Outre cette belle participation, notons que vos questions ont été éclairantes sur les éléments importants pour vous. C’était le cas pour la question de la nécessité d’être intégré pour recevoir des affectations de moins de 28 jours pour le groupe A et de moins de 3 mois pour le groupe B. Notons que le niveau de satisfaction au regard des dispositions retrouvées dans cet article – qui était complexe à négocier - était en général élevé. Rappelons que la vidéo présentant l’article 6 est disponible sur le site du SPTSSS et que vous pouvez vous référer à votre représentant-e de secteur si vous croyez que certaines clauses des dispositions locales ne sont pas respectées.

Médicaments7. Comment pouvons-nous limiter les augmentations à notre régime d’assurances collectives?

D’abord, rappelons que nous demandons dans le cadre de la négo nationale une contribution significativement plus élevée du gouvernement au régime. Une autre solution pourrait se trouver dans la campagne que mène la CSN afin d’inciter le gouvernement fédéral à mettre sur pied un programme d’assurance médicaments entièrement public et universel. En effet, l’augmentation du coût de nos régimes d’assurances est directement associée au coût des médicaments. Au Québec, parce que notre régime n’est pas universel et public, ces coûts sont très élevés en comparaison avec d’autres états. C’est notamment le cas parce qu’un régime privé est taxable, les frais de gestions sont beaucoup plus élevés et les honoraires des pharmaciens ne sont pas réglementés. Tout le monde sortirait gagnant avec un tel régime, comme c’est le cas avec l’assurance maladie. Enfin, troisièmement, on peut baisser nos coûts en demandant la version générique de nos médicaments au pharmacien. Comme l’ingrédient actif du générique est exactement le même, notre traitement sera aussi efficace et notre facture globale, elle, sera moins... malade!

Kilométrage garanti8. Le saviez-vous: Allocations de déplacement
Nos nouvelles dispositions locales contiennent deux gains importants à connaître lorsque vous vous déplacer à l’extérieur de votre port d’attache. Premièrement, pour enlever toute ambiguïté, il est écrit que “vous êtes considéré comme étant au travail durant tout le temps de déplacement” (26.01). Ainsi, une personne qui a une réunion débutant à 9h, qui débute habituellement sa journée de travail à 9h, et dont le déplacement pour se rendre au site exige une heure de transport, pourra mettre une heure en banque si elle ne la reprend pas dans sa journée. Idem lors du retour à la maison après une journée complète de travail. Ensuite, si lors d’un déplacement de plus de 10 km, on ne lui procure pas “un repas conventionné durant sa période de repas”, la personne salariée a automatiquement droit aux allocations de repas (26.09). Connaître sa convention lors d’un déplacement, ça vaut le détour!

SPTSSS - Syndicat des professionnelles, techniciennes et techniciens de la santé et des services sociaux - CAPITALE-NATIONALE

Syndicat des professionnèles, techniciennes et techniciens de la santé et des services sociaux - CAPITALE NATIONALE

Courriel :
Téléphone (bureau régional) :
418-523-0540